Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/11/2014

"Dora Bruder", Patrick Modiano, Folio

Il faut avoir lu un Modiano, comme désormais chacun sait…J’ai aimé par dessus tout son avant-dernier« L’herbe des nuits », chroniqué ici-même. Le Nobel qui vient de lui être attribué un peu à la surprise générale a suscité bien des rétrospectives de cette œuvre qui ne l’est pas moins (rétrospective), enfouie entre mémoire et oubli, qui exhume des personnages comme des ombres et des souvenirs inachevés, dans une prose limpide aux opacités de brouillard, au style tout de vibrations immobiles et en points de suspension. Deux ou trois personnages médiatiques qui n’ont jamais été ministre de la culture ont indiqué à cette occasion que « Dora Bruder », paru en 1997, était son meilleur.  Aussitôt acheté, aussitôt lu.

Ce livre est sans doute littérairement le moins bon de Modiano mais c’est un des plus poignants. Le narrateur tombe sur une annonce parue dans Paris Soir le 31 décembre 1941, en forme d’avis de recherche où deux parents M. et Mme Bruder donnent un signalement de leur fille Dora, 15 ans, récemment disparue. Et le narrateur part en quête comme le font les généalogistes, accède aux registres d’état civil muni d’une dérogation du procureur de la République et parvient à reconstituer l’histoire de cette famille juive, le père Ernest, juif de Vienne, engagé dans la Légion étrangère, mutilé de guerre qui se retrouve à 25 ans « sur le pavé de Paris » où il épouse Cécile de 9 ans sa cadette, elle-même exilée de Hongrie. On vit dans de petits hôtels, lui manœuvre, elle couturière, et on se saigne pour inscrire la petite Dora en mai 40 dans une institution catholique, rue de Picpus dans le 12ème arrondissement de Paris. A l’époque, la France ayant encore un  ennemi on interne dans des camps les ressortissants allemands et, depuis l’Anschluss, les Autrichiens («  On vous classe dans des catégories bizarres dont vous n’avez jamais entendu parler et qui ne correspondent pas à ce que vous êtes réellement. On vous convoque. On vous interne. Vous aimeriez comprendre pourquoi »). Est-ce pour la protéger que les parents placent leur fille à l’Oeuvre du Saint-Cœur-de-Marie ? Nul ne le sait.

Le 2 octobre 40 paraît l’ordonnance de Vichy prescrivant le recensement des juifs. Le père se présente au commissariat mais tait l’existence de sa fille ( « Ernest avait le numéro de dossier juif 49091 […] Au fond qu’est-ce qu’ils entendaient exactement par le mot « juif » ? Pour lui, il ne s’est même pas posé la question. Il avait l’habitude que l’administration le classe dans différentes catégories, et il l’acceptait sans discuter »). Mais voilà que Dora fugue le 14 décembre 41. C’est pure folie ! 700 juifs français ont été raflés deux jours auparavant, une amende collective d’un milliard de francs vient d’être infligée aux juifs, assignation des juifs à résidence qui ne peuvent plus sortir du département, couvre-feu presque partout à 18 heures dans la capitale en représailles à des attentats. Et le temps avec ça : « l’hiver 41-42 fut le plus ténébreux et le plus dur hiver de l’Occupation », neige, -15, verglas partout.  Angoisse du père qui, n’ayant pas fait recenser sa fille, hésite durant 15 jours à signaler sa fugue au commissariat.

Dora sera retrouvée le 17 avril 42, restituée à sa mère mais son père est déjà à Drancy. Elle fugue encore sans porter l’étoile jaune, obligatoire depuis le 7 juin.  Arrêtée à nouveau, internée au camp des Tourelles, où l’on interne les juifs étrangers en situation irrégulière, elle sera transférée à Drancy le 13 août 42 où elle retrouvera son père. Déportée à Auschwitz avec lui le 11 septembre 42. Sa mère suivra le 11 février 43.

Modiano explore des plans de Paris pour suivre, reconstituer ou imaginer le parcours de Dora quarante ans plus tard, étudie des archives, lit des procès-verbaux d’interpellation, des rapports de police, s’interroge sur leurs auteurs, sont-ils encore vivants ? Il se souvient de son père, juif avisé compromis dans le marché noir, qui sera arrêté peut-être en même temps que Dora, transféré au commissariat peut –être dans le même fourgon qu’elle, mais parviendra à fuir. Il évoque sa propre fugue à lui dans les années 60 ( « l’ivresse de trancher, d’un seul coup, tous les liens »), une interpellation lors d’une violente querelle de famille où son père le dénonce à la police avant de lui dérober ses papiers militaires pour le faire « incorporer de force à la caserne de Reuilly ».

En dépit de la pudeur avec lesquelles l’auteur les évoque, ces annotations biographiques me paraissent déplacées en pareil livre. Et une fois refermé, ne restent de ce récit que les documents d’époque, cités parfois longuement, les rapports de police, les lettres des internés de Drancy à leurs familles et plus encore les courriers confiants et cérémonieux que des gens affligés adressent à l’administration  pour  demander poliment ce que sont devenus leurs proches.

Ce livre pourrait paraître, aujourd’hui, relever du ressassement d’une histoire que l’on croît connaître par cœur. Mais lire, côte-à-côte ces procès-verbaux froids, ces rapports « de routine » au regard des correspondances des intéressés, d’une sobriété et d’une dignité absolue, est proprement bouleversant.

Alors, c’est certain «  Dora Bruder » relève davantage du mémorial à la Serge Klarsfeld que du style Modiano, lequel s’est d’ailleurs interrogé ensuite de la parution du Mémorial de la déportation des enfants juifs de France sur la possibilité d’écrire encore des romans sur cette période. Ce livre est sans doute le résultat hybride de cette interrogation, un livre de compromis, ce qui n’est jamais très bon pour la littérature. Ici, nul doute, nul inachèvement, on connaît la fin de l’histoire. Ce livre est comme l’acte de repentance de Modiano pour le reste de son œuvre sur les années 40 qui bannit généralement le jugement, croise les parcours en s’abstenant de tracer des lignes rouges, effiloche les souvenirs, ne blâme ni l’oubli ni les refuges, suggère des résiliences incertaines et tremblées, qui nous dit qu’une époque n’est ni de bons ni de méchants mais une atmosphère. Impression étrange que cette « Dora Bruder » confesse des remords.

« J’ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d’hiver de sa première fugue […] C’est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d’occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l’Histoire, le temps- tout ce qui vous souille et vous détruit- n’auront pas pu lui voler ».  

Sûr ! Les lecteurs de Zemmour devraient lire  ce livre d’urgence…

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.