Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/06/2015

"La loi du marché" de Stéphane Brizé avec Vincent Lindon

Non, ce film  n’est pas caricatural, Mme Parisot !

Ce film est la vie même, ou ce qu’il en reste. Quand on est ouvrier. Aujourd’hui.

Les rendez-vous à Pôle-Emploi, les stages de reconversion qui ne débouchent sur rien, les entretiens de recrutement par Skype, les séances collectives de coaching entre chômeurs où la violence et l’humiliation s’horizontalisent  (« qu’avez-vous pensé de la prestation de votre camarade ? »), les traites à payer, le mobil home qu’acculé on doit vendre, les grandes surfaces, ces champs de foire tristes de la consommation et de la fauche, qui seules embauchent parce que la crise fait exploser la démarque inconnue et qu’il faut surveiller, tout surveiller, surveiller tout le monde, les clients et les caissières.

On est loin du monde fantasmé des prolos de Robert Guédiguian de la Côte bleue, avec ses solidarités ouvrières, le soleil, la mer, la pétanque et la merveilleuse Ariane Ascaride. Ici, c’est l’épuisement qui domine, et le mutisme.  Condamné  à fermer sa gueule.

La force de ce film tient précisément à cette violence entre le mutisme du héros, quinquagénaire qui se retrouve au chômage, et la phraséologie stéréotypée et condescendante de ses interlocuteurs. La vie n’est plus qu’un affreux stage d’évaluation pour rien, d’autant plus insupportable que chacun est convaincu de s’adresser à l’autre avec empathie ou ménagement, délivrant des conseils, invitant à la prise de parole quand pourtant il n’y a plus rien à dire.

Mme Parisot qui dit avoir détesté ce film pour ce qu’il avait d’idéologique n’a pas compris grand-chose. La violence dénoncée n’est pas celle des patrons, des banquiers ou de Pôle-Emploi. C’est celle d’une époque. Une des scènes les plus dures est celle de la vente du mobil-home, la violence du « Bon Coin » où on négocie entre nous comme le feraient des « fonds vautour ».

Vincent Lindon est évidemment impeccable et même plus que cela. Sa densité est bouleversante. Et les fulgurants éclairs de colère qui électrisent son regard triste méritent à eux seuls une Palme. Les non-professionnels qui l’entourent, la banquière, les caissières ou les vigiles de supermarché, les conseillers Pôle-Emploi, le directeur du magasin, le DRH, sont épatants et donnent au film un grand ton de vérité.

C’est peut-être là le problème. Car, révérence gardée, ce film est ennuyeux comme la pluie. Il peut sans doute plaire à Cannes, exotisme social ou voluptueuse frayeur mélanchonienne oblige. Mais il est étranger au cinéma. Pas un plan, pas une mise en scène, pas une situation qui soient de cinéma. Voilà pourquoi, j’en suis sorti affreusement déçu.

Les meilleures scènes (la vente du mobil home, le jeune rebeu qui vient de voler des écouteurs, la caissière qui récupère les coupons de réduction et la leçon de rock) font songer au programme télé « Strip Tease », cet excellent documentaire de scènes prises sur le vif sans commentaire ni voix off. A « Strip Tease » mais en un peu moins bien.

Mme Parisot, si elle n’était pas de son époque, aurait pu dire seulement cela. Mais l’époque étant ce qu’elle est, même elle, surtout elle, sans doute ne le peut-elle pas…

 

 

 

Les commentaires sont fermés.