Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/07/2015

Festival d'Avignon, " Le Roi Lear" Shakespeare, Olivier Py, Cour d'honneur

Il en est des mises en scène de théâtre comme des œuvres d’art contemporain. Le discours sur le projet tient lieu de réalisation.

Le « Roi Lear » d’Olivier Py se veut une digression sur le silence, celui de Cordelia, la fille préférée du Roi qui au moment de la donation-partage du royaume, écoeurée par la flagornerie de ses sœurs, refuse d'offrir à son père la preuve d’amour qu’il réclame d’elles avant de les doter. Pour Shakespeare, ce silence qui conduit le roi à déshériter sa fille taisante, celle qui lui résiste, est le début du drame, un drame obscur et violent, où l’ingratitude et la bassesse des deux aînées et de leurs époux vont conduire le vieux roi à la solitude et à la misère, au désespoir et à la mort tandis qu’il mesure trop tard la pureté et la sincérité de Cordelia.

Au drame et à la poésie. Car le roi devient errant, mendiant sur la lande battue par les vents où les éléments se déchaînent, accompagné par un bouffon, un fol, et rencontre le fils banni d’un de ses plus fidèles chevaliers, Edgar, lui-même victime d’un complot ourdi par son demi-frère Edmond, bâtard qui ne supporte pas d’être privé de sa part d’héritage, et qui erre incognito en se faisant passer pour fou afin d’échapper à la vengeance de son père qui le croit à tort coupable. Le trio de ces fous, le déchu, le banni et le bouffon, est, dans la pièce, d’une intensité poétique sans égale, très shakespearienne, tragédie, farce et poésie mêlées.

Le silence comme impuissance à dire les choses ou à rendre compte du monde nous dit Olivier Py. Le silence d’après Auschwitz. Soit ! Shakespeare se prête à toutes les interprétations et celle-ci n’est pas tout à fait gratuite s’agissant d’une pièce où le refus de dire de Cordelia lance l’intrigue et où de nombreux dialogues sont ceux de fous, les vrais et les faux, de sorte que la parole y a en effet un statut particulier.

Pour que nul n’en ignore, un néon géant barre l’immense mur de la cour d’honneur. On y lit comme une intention au stabiloboss : « Ton silence est une machine de guerre ».

La profusion d’Olivier Py, profusion des registres, profusion de la déclamation hurlante qu’il a imposée à ses comédiens, profusion des idées de mise en scène, les pires et les meilleures, comme la saturation sonore qui affecte la bonne compréhension de ce qui est dit et qui n’est pas entendu, surtout à des moments décisifs de la pièce, est, elle, une véritable épreuve pour le spectateur, ravi, après trois heures d’essorage, d’en avoir terminé.

La mise en scène de Py ne me paraît pas d’abord en cause. Elle est comme toujours intelligente, kitch et boursoufflée, très Pierre et Gilles. Une Cordélia en tutu, la bouche barrée de scotch, pure et irréelle, est merveilleuse ;  Edgar, le fils légitime banni, nu, une couverture de survie à la main et son demi-frère, Edmond, le traître, en mauvais garçon, casque de moto et cuir noir sont de jolies incarnations, tout sauf gratuites ;  le décor des actes IV et V où l’on ôte le plancher morceau par morceau pour découvrir le rond d’une arène de glaise où les corps disparaissent un à un, la scène de la campagne aux environs de Douvres où Gloucester auquel on a arraché les yeux et son fils Edgar qui ne s’est pas encore dévoilé avancent en déséquilibre sur des chaises, Cordélia sur le lit de son père agonisant sont de très beaux moments de théâtre.

Mais hélas, d’une pièce à laquelle on ne pige que tchi… Au point de se demander si les lettres de néon qui forment le mot «  Rien » qui circule en panneau sur la scène  n’est pas tout ce qui reste de l’oeuvre entre les mains d’Olivier Py  qui semble s’être perdu en cours de route, n’ayant mis en scène que son brouillon du « Roi Lear » dont il nous propose une nouvelle traduction « au galop ». Après Yves Bonnefoy, il fallait oser…

Non, le pire n’est pas la mise en scène – on sait qui est Olivier Py, artiste bouillonnant et fertile aux mises en scènes bavardes et colorées, d’inspiration adolescente, un peu m’as-tu-vu, plus cliché que chiqué, pas très intello mais qui s’accroche, attachant ; enfin ni Peter Brook ni Ostermeier. Le pire c’est la direction d’acteur.

Le Lear de Philippe Girard est un gueulard, la voix mal placée et le timbre assourdi, de ces voix de ténor, un peu en arrière de la gorge. Et le paradoxe est qu’à force de hurler son texte, on ne l’entend plus. Moins mauvais à la fin cependant.

Il ne reste rien de Goneril et de Régane, sauf quelques images de la « Reine Margot » de Chéreau. Putassières et ensanglantées. Dommage tout de même pour Olivier Py.

Le Fou de Jean-Damien Barbin hurle aussi ; c’est moins éprouvant que de tenter d’écouter Lear, mais le texte se perd quand même. Il est le fil blanc de la pièce, s’il s’effondre, tout s’obscurcit. Heureusement, il chante. Bien mieux qu’on ne lui fait dire son texte.

Soyons jutes, la famille Gloucester- l’autre histoire d’héritage, le noble convaincu par son bâtard de bannir son fils légitime - est mieux lotie.

Nâzim Boudjenah de la Comédie française campe un Edmond mauvais garçon crédible et fort audible. Matthieu Dessertine relève la pièce d’une grande poésie, nu comme un ver mais d’une présence inouïe, à la diction impeccable, comme son père, Jean-Marie Winling, que je ne connaissais que de la télé ( « Falco », « Le commissaire Magellan », mille excuses pour l’aveu de telles références), qui est un Gloucester sage, profond, plein de pitié. Et vraiment Winling, dans un jeu plus traditionnel mais de beaucoup de densité,  écrase le désincarné Philippe Girard.

Le Oswald enfin de Emilien Diard-Detoeuf, joue brillamment l’homme de cour vibrionnant, cynique et agaçant, comme s’il avait profité de la marginalité de son personnage pour échapper à la direction d'acteurs d’Olivier Py.

Deux familles, deux histoires d’héritage : dans la cour d’honneur du palais des papes, par une nuit sans Mistral, on en entend distinctement qu’une. Là est le plus rageant pour qui aime Shakespeare et toutes les variations auxquelles son « Roi Lear » peut se prêter.

On sort en songeant à « une fable racontée par un idiot, une fable pleine de bruit et de fureur et qui ne signifie rien ».

C’est la définition de la vie dans Macbeth. C’est ce qui restera, hélas, de ce spectacle.

Commentaires

Je trouve cette critique politiquement correcte, en accord avec l'hallali des plumes installées.
Rien du vacarme sur scène annoncé, mais une mise en scène moderne, dépouillée,laissant se déchaîner les furies et lâchetés humaines.
Les rubans rouge sang sont du meilleur effet, envahissant la fin tragique du drame au gré de la brise nocturne.
Le traitre Edmond se cachant derrière son casque à oreilles de diable et sa cuirasse de cuir mi cakou, mi guerrier.
Un Oswald tel un de nos bureaucrates préférés.
Un Gloucester en franc maçon humaniste.
Les deux princesses en robe de bal from the US.
Un spectacle passionnant. Seul regret : la voix débile du fou Lear.
Bref, un spectacle applaudi au final et à juste raison par les spectateurs et sifflé par deux ou trois conformistes.

Écrit par : chabas | 12/07/2015

Les commentaires sont fermés.